California Dreaming

Redwoods National Park

-Article par André

Ah, la Californie! Vite, dites moi ce à quoi vous pensez quand vous entendez le nom de cet état? Soleil, plages et Hollywood, n’est-ce pas? Certes, nous avons eu notre dose de tous ces éléments, mais sachez que nous avons connu une plus grande diversité d’expériences et de biomes en Californie seule que lors de tout notre précédent voyage. C’est épatant de constater la variété de la faune et la flore, des paysages et des villes ici.

En traversant la frontière de l’Oregeon vers la Californie, nous avons tout d’abord été surpris de voir un contrôle rigoureux à la frontière. Il y avait une quasi-douane où ils contrôlaient pour le bois et les produits agricoles. Puis ce fut le temps d’explorer Redwood National Park, où l’on peut voir les plus grands arbres du monde… et de la pluie. Beaucoup de pluie. J’imagine que c’est ce qui les aide à grandir! Nous avons réussis à résister à la majorité des attrappe-touristes, à l’exception d’un tronc d’arbre que Geneviève tenait absolument à visiter: La One Log Home. C’est une “maison” construite à l’intérieur d’un tronc d’arbre évidé. Pour 2$ on s’est dit: “pourquoi pas?”. Un troupeau énorme de Wapitis se prélassants à la sortie du parc marqua parfaitement la fin de notre visite des Coast Redwoods.

Un grand arbre.
La One Log House

Après avoir marché dans la forêt, il nous fallait nous rassassier: cap vers sonoma county et ses nombreux vignobles! Geneviève a résussie à nous dénicher à prix raisonnable trois sessions de dégustation de vins (oh que je t’adore!). Les autres détails de notre séjour ici sont un peu flous. Je suis certain que le vin n’a aucun lien avec ma mémoire défectueuse…

Mas Vino!!!

Puis ce fut le tour d’explorer San Francisco. Encore une fois, nous furent heureux d’avoir trainés avec nous nos vélos. San Francisco est en effet une “vraie” ville. Dense, urbaine, à échelle humaine, confortable et plaisante à explorer à pieds et singulièrement hostile envers les gros véhicules. Nous nous sommes garés un peu à l’extérieur du noyau urbain et avons pédalés jusqu’au vieux port, où il nous était ensuite possible de prendre le transport en commun pour se déplacer. À noter que nous avons fait notre première réunion avec Lars et Charlotte ( le couple allemand avec le beau campeur 4×4, rencontrés en Oregon) ici-même, passant une soirée avec eux sur la plage à faire des Sushis!

Dodo ici? Ouep!

Nous avons certes vu les icones célèbres que sont le Golden Gate Bridge et Alcatraz mais, hélas, les “cable cars” n’étaient pas en opération lors de notre passage! Une visite au musée des “cable cars” était certes plaisante mais pas tout à fait aussi satisfaisante qu’un tour l’aurait été. Il y avait tant de choses à voir et à faire. Notre visite s’est essentiellement composée de longues marches exploratoires dans le but de voir tous les gros “musts”. Néanmoins nous n’avons fait qu’égratigner la surface. J’ai bien envie de revenir explorer cet endroit une autre fois. J’en prends note dans mon calepin.

Alcatraz con alcatraces.
Les maisons sont croches!
Je sais, ce sont des lions de mer. Mais les enfants les appellent des phoques. Vous devriez voir comment réagissent les américains anglophones.

Nous avions l’intention de nous diriger ensuite vers Yosemite mais avons changés nos plans au dernier moment lorsque Etelvina, une autre grande voyageuse, organisa un petit rassemblement au Sequoia National Park par l’entremise d’un groupe Facebook pour voyageurs francophones. Si le Redwoods National Park renferme les plus grands arbres du monde, le Sequoia National Park possède les plus gros arbres du monde (par volume). J’ai moi-même été en mesure d’observer le General Sherman Tree. Je confirme, il est gros. Très, très, très, très gros. Le climat et la végétation étaient également bien différents de ceux du parc Redwoods. Le premier étant très humide et avec un sous-bois dense alors que Sequoia nous présentait un climait plus aride et une végétation bien plus sparse. Le reste de nos trois jours dans le parc furent passés à socialiser avec trois autres groupes de voyageurs et a permis aux enfants de se faire de nouveaux amis (qu’ils furent bien tristes de quitter).

D’autres voyageurs comme nous.
Big tree 2

Nous avons quitté nos collègues voyageurs afin de répondre à l’invitation de Carlo, un autre voyageur que nous avions rencontrés en Oregon et qui nous invitait à venir souper chez lui (et utiliser sa douche, alors pas question de refuser!). En route vers son village, nous avons fait un petit “pit stop”dans un canyon pour se prélasser deux jours dans des hot springs absolument splendides. Geneviève en particulier a fort apprécier siroter un bon vin californien assise dans un bassin aménagé par des membres de la communauté locale.

Suite à ce petit repos bien mérité nous nous sommes présentés à la porte de Carlo qui demeure à Ridgecrest, une petite ville en plein milieu du désert et situé à l’entrée de Death Valley. Carlo nous a régalé en préparant un met typique philippinois. Les enfants furent heureux d’avoir accès à une télévision pour la première fois depuis notre départ (nous avons trichés un peu et les avons laissés regarder beaucoup de dessins animés). C’est lors de la soirée que nous avons appris que Carlo était retraité de la base militaire située à ridgecrest, qui est en fait une base de recherche d’armement et une base aérienne. Il nous a averti que les F-18e américains aimaient bien surprendre les touristes dans Death Valley en les “buzzant”. C’est-à-dire en passant au dessus d’eux en vol à altitude extrêmement basse. Nous avons eu la chance de se faire “buzzer” le lendemain en entrant dans Death Valley et je vous assure que j’aurais été en mesure de lire le nom du pilote inscrit sur le côté de l’avion si je n’avais pas été sur le bord d’avoir une crise cardiaque.

Carlo!

Death Valley. Le premier endroit où nous avons vraiment eu besoin de notre air climatisé. C’est un lieu très difficile à décrire en mots. Heureusement nous avons des photos! Néanmoins, nous avons croisés un nombre impressionnant de Burros, avons achetés du vrai moonshine américain (whiskey maison) et vus la voiture de Charles Manson. Ah, et bien sûr nous avons conduits jusqu’au point le plus bas en amérique. Il faisait chaud. Le plus surprenant toutefois c’est que puisque le climat est extrêmement sec, la sueur s’évapore immédiatement, de sortes que si on est à l’ombre, on est extrêmement confortable.

Burro

Les parcs et les petites villes, c’est bien mais Las Vegas, c’est mieux! Nous nous sommes garés derrière un hotel pour dormir quelques nuits et avons rencontrés Stéphanie et Deborrah, un couple français qui voyage également avec des enfants d’âges proches aux nôtres. Les petits sont rapidement devenus inséparables. Nous avions pris rendez-vous avec Etelvina pour traverser avec elle et une autre famille que nous ne connaissions pas la frontière Mexicaine. Par pur hazard, c’était la famille de Stéphanie et Deborrah! Que le monde des voyageurs est petit.

Repas de débauche à Vegas
Vieux centre-ville de Vegas

Nous avons passés le plus clair de notre temps sur la “strip” et dans le vieux centre-ville. Oui, il y avait beaucoup de seins nus et d’alcool, mais également toute une panoplie de spectacles gratuits et oeuvres architecturales intéressantes à voir.

Nous avons également organisés une deuxième réunion avec Charlotte et Lars au même moment que notre pompe à eau a décidée de se mettre à couler. Heureusement j’ai réussi à trouver un réparateur qui avait la pompe en stock et qui en prime me l’installait, pour la somme totale modique de 200$. Normalement je suis du genre à tout faire moi même mais vue le prix raisonnable j’ai pour la première fois appuyé sur le bouton simple. Stéphanie et Déborrah ont également fait appel à ses services par la suite pour réparer leur système de recharge de batteries.

Ensuite il était temps d’aller se reposer. Hop! Trois jours sur le bord du réservoir créé par le barrage Hoover à faire la farniente (et se faire réveiller la nuit par des burros!). Nous avons manqués de propane et d’eau. C’est bien la seule raison pour laquelle nous avons quittés notre emplacement idyllique. Nous n’aimons pas trop rebrousser chemin mais avons dû retourner à Vegas pour faire le plein et c’est pourquoi nous en avons profités pour aller dormir une fois de plus au même stationnement et aller voir quelque spectacles de nuit que nous avions manqués (notamment le volcan devant l’hôtel Oasis).

Quelques jours de repos
Le volcan!

La Route 66 m’appelait, surtout après que Stéphnie et Deborrah nous eurent envoyées des photos spectaculaires de ladite route. Bon, les voies faisaient 9’ de large et Pumbaa notre VR en fait 9’ 4”, il n’y avait pas de garde-corps à plusieurs endroits et les américains conduisent mal en ta******k, ne sachant pas rester dans leur voie, mais ça en valait le détour. Les paysages étaient tout droit sortis du film “Cars” et nous avons visités un “ville fantôme” où nous avons entre-autre vus des voleurs dévaliser une banque et se battre à coups de revolvers contre le shérif. Ah, et Geneviève s’est faite charger par un burro. J’avais mentionné que la ville était infestée de burros?

Route 66
Gunfighters

Par la suite, pourquoi pas un peu plus de désert? Mojave cette fois. J’ai promptement enlisé le VR tout près des célèbres dunes chantantes (lorsque le vent fait s’écouler le sable sur leur surface ils produisent un son similaire au Didgerydoo). Heureusement, 4 marines sont venus à notre rescousse et nous avons passés le reste de la soirée (après avoir coucher les garçons), à boire le moonshine et jouer à “cards against humanity”. J’ai découvert que j’ai l’esprit plus tordu que des marines… pas certain que ce soit une bonne chose. M’enfin…

Pousse pousse pousse de la fonte, pour oublier la honte.
Oui, c’est bien moi avec une planche de surf sur le dos. 🙂

C’était maintenant le temps de Harry Potter. Euh, pardon, Los Angeles. Nous avons tentés de visiter cette ville mais honnêtement, c’est énorme et il n’y a pas de “noyeau”. Il y a des autoroutes partout et elles mènes toutes à un strip mall ou stationnement de Wal Mart. Toutefois, nous avons passés deux beaux jours à Universal Studios et les enfants ont particulièrement apprécés visiter le village de Préolard (Hogsmeade) et le château de Poudlard (Hogwarts). Néanmoins, Universal est très mal adapté pour les enfants, la quasi-totalité des attractions étaient interdites à Loïc. Même ceux basés sur un film d’enfant comme les films des Minions. L’expérience globale fut positive et les enfants portent depuis cette visite une toute nouvelle attention lorsque je leur lit les livres de Harry Potter le soir avant le coucher.

Oui, la musique des films jouait!
Kapow! Waterworld.

Notre prochain arrêt majeur fut Oceanside et ici aussi nous avons fait une belle rencontre: Thomas et Camille qui voyagent avec un garçon de 8 ans et une fille de 5 ans. J’ai perdu le fil de temps mais je crois que nous avons passés 7 jours consécutifs ensemble. Nous avons faits la plage la première journée et les enfants se sont rapidement liés d’amitié. San Diego fut ensuite toute une épreuve: presque impossible de trouver de l’eau et notre toilette étant brisée, j’ai été obligé de faire un arrêt afin d’acheter une pièce pour la réparer. Je l’ai réparée, mais impossible de la réassembler: le fabricant utilise des boulons qui se cassent lorsqu’on démonte la toilette et ils ne les vendent pas. J’ai donc dû jeter une toilette en parfait état et en acheter une nouvelle. C’est inconcevablement irresponsable de la part du fabricant et cette pratique devrait être illégale vu son impact nocif sur l’environnement (et le consommateur).

Bien oui, une photo de ma toilette neuve!

Camille et Thomas ayant choisis de se joindre à la caravane pour traverser la frontière, le groupe s’est donné rendez-vous à un point de camping sur terre publique près de Tecate. Toutefois, Camille et Thomas, qui étaient à environ 30 minutes devant nous sur la route, se présentèrent sur place pour voir une barrière leur bloquer la route alors même que le soleil se couchait (il devient souvent difficile de trouver des endroits plats, sécuritaires et légaux dans le noir). C’est alors que le propriétaire du ranch en face de la barrière est sortit pour les inviter à passer la nuit sur son terrain.

“Oui, mais, euh, il y a quatre autres véhicules qui s’en viennent.”

“Pas de problème, j’ai de la place!”

Et c’est ainsi que notre famille, Camille et Thomas, Stéphanie et Deborrah, Etelvina et René ainsi que Gérard et Maryse (un nouveau couple que nous ne connaissions pas qui voyagent en Westfalia de deuxième génération) se sont retrouvés sur le “Chicken Ranch” de Doug. Autours d’un beau feu nous avons joués de la musique (en fait c’était uniquement Geneviève qui jouait de la musique) et chantés des chansons, principalement en français car Doug était ravi de découvrir la culture francophone.

Le convoi au chicken ranch avec Doug.
La fête de Loïc au chicken Ranch avec des petits gâteaux emballés.

Et bien sûr, les enfants étaient aux anges avec tant d’amis réunis au même endroit. Et… comme par hasard, c’était la fête de 4 ans de Loïc. Le lendemain, le convoi s’est rendu jusqu’à la frontière et nous avons traversés au Mexique. Mais les détails de cette journée particulière et des particularités particulièrement particulières des Douanes Mexicaines sont réservés pour notre prochain post.

Pour l’instant, sachez que chaque jour sur la route est un peu meilleur que le dernier et qu’on ne cesse de faire des rencontres uniques et mémorables.