De La Paz à Puerto Vallarta

La Côte Pacifique Centrale du Mexique

Des crevettes (d’uh)

Article part André

Sur le traversier

Comment quitte-t-on la péninsule de la Baja California sans devoir tout reconduire? En prenant un traverser à partir de La Paz, bien sur! Il faut savoir qu’il y a deux compagnies qui offrent le service de navette entre La Paz et le continent: TMC et Baja Ferries. TMC est moins luxueux que Baja Ferries mais également bien moins cher, c’est donc pourquoi nous avons opté pour TMC. Ils offrent le service vers Topolobampo et Mazatlàn, le dernier étant le trajet que nous désirions car il nous permet d’éviter la zone dangereuse (cartels de drogues) entre Topolobampo (dites ça trois fois vite) et Mazatlàn. Malheureusement le traversier qui assure cette ligne était en panne. Baja Ferries eux ne permettent pas de mineurs sur cette traversée pour une raison qui demeure encore nébuleuse. Alors nous étions pris et devions traverser vers Topo, pas une situation idéale car il est recommandé de tracer sans s’arrêter jusqu’à Mazatlàn. Il y a toutefois un point positif à cette situation car en se plaçant sur la liste d’attente pour obtenir une place libérée au lieu de réserver une date fixe, nous avons payés 3200 pesos pour la traversée plutôt que 8500!

À l’approche de Topolobampo

Dans le stationnement en face du bateau, alors que nous attendions d’embarquer, nous avons fait la rencontre d’un couple Québécois à la retraite en Safari Condo et d’un couple américain en Sprinter. Nous nous sommes rapidement (avec une ou deux bières) mis d’accords pour convoyer ensembles jusqu’à Mazatlàn. Et hop! Une bonne chose de réglée. Ensuite, il suffisait d’embarquer le VR sur le bateau, en montant sur une rampe abrupte qui faisait cogner le pare-choc arrière au sol lorsqu’on l’empruntait, jusqu’à un ascenseur de véhicules qui ne faisait environ que 25cm de plus large que le VR, le tout à reculons et dans le noir. Pas de problème!

Un gros camion qui fait fonctionner son moteur toute la nuit.

En bout de compte, la traversée a été paisible et sans tracas. Nous avons dormis toute la nuit avec la génératrice et l’air climatisé car les camions aux alentours de nous faisaient fonctionner leurs moteurs ou génératrices eux aussi (et ça ne sentait pas bon avec les fenêtres ouvertes). Nous sommes arrivés tôt le matin et avons conduits sans problèmes d’un seul coup jusqu’à notre prochaine destination. C’est lors de cette longue journée passée à conduire que nous avons eu notre première expérience avec une route “Cuota” (route à péage). Oh boy. C’est cher. Le prix des péages est astronomique et prohibitif, alors on imagine mal comment les locaux font pour se déplacer. En tout nous avons dépensés près de 50$ en péages. Pas trop souvent SVP.

Margarita numéro 5… ou…. 6?

Pour notre première nuit à Mazatlàn nous avons dormis dans une petit “camping” en bord de mer car nous n’avions pas le temps de trouver un lieu sécuritaire gratuit. Ici il y avait tout plein de Canadiens et d’Américains qui avaient construits des toîts, des murs et des patios pour leurs roulottes rendues immobiles. Le couple d’américains,s’est joint à nous dans une restaurant avoisinant pour ma fête. Les margaritas étaient à 15 pesos (1,03$). J’en ai bu au moins 6, à ce que je me souviennes. Puis le lendemain en nous rendant dans la vieille ville nous avons faits le plein de langoustes et crevette géantes pour re-célébrer officiellement. Ça sentait l’ail dans le VR!

Miam!
Re-miam

Mais parlons un peu de Mazatlàn. Ce fut la première grande ville authentique de notre voyage. Certes il y avait des expatriés mais ils ne dominaient pas la scène et leur présence n’avait pas modifié la nature de la bourgade. Il y avait un très beau malecon (bord de l’eau) doté ,incroyablement, d’une piste cyclable séparée et protégée du trafic. Vous devinerez que nous avons sortis les vélos et avons arpentés l’entièreté du front de mer à leur bord. Les enfants en étaient ravis et ont bien dormis cette nuit! Il y a également l’un des plus grands aquariums du Mexique ici et nous avons gâtés les enfants un peu plus en y passant une journée. Le coup de coeur de Geneviève fut le Mercado. Des fruits, des légumes, du poisson, de la viande, du fromage et le tout à bas prix! Je crois que le paradis de Geneviève doit être un Mercado Mexicain! Quand à moi, j’ai trouvé quelques appâts et items de pêche manquants que je me suis permis d’acheter pour mon cadeau de fête.

Malecon
Mercado!

Ensuite nous voulions nous rendre à San Blas pour voir un programme qui a pour but de protéger les tortues de mer. Nous avons fait deux arrêts en cours de route. Le premier fut à Acaponeta, une petite ville chouette où j’ai mangé des tacos de tête de porc (délicieux) à 13 pesos. Je les ai mangés. Geneviève n’a pas voulue essayer (m’enfin pourquoi pas?).

La plaza d’Acaponeta

Notre deuxième arrêt eut lieu à un petit bijou caché du nom de Mexcaltitan. Une petite île dans un marais qui est complètement recouverte par une ville et où les gens vivent de la pêche à la crevette. Il y avait des crevettes partout. PARTOUT. Ils les étendent dans les rues sur des bâches pour les faire sécher. Ils les servent aux restaurants. Ils les vendent à des touristes gringo comme nous. Pour accéder à l’île, il faut prendre une bateau. Il n’y a pas de routes pour venir ici. Deux tours de bateaux et une promenade sur un île? Isaac et Loïc furent encore une fois ravis. Petit fait intéressant: ce serait le lieu d’origine du peuple Aztec. Également, les enfants ne cessent de parler de ce lieu comme étant “l’Île aux crevettes”.

Mexcaltitan
Les crevettes de Mexcaltitán
La seule façon de se rendre à Mexcaltitán.

Lorsque nous sommes enfin arrivés à San Blas, nous avons été accueillis par un nuage odorant splendide. Il s’avère qu’il y a une dizaine de commerces à l’entrée de la ville qui fument des fruits de mer ,dont des langoustes, sur des feux de bois et ce toute la journée. Ça sentait booooooon…

Geneviève qui sauve des tortues

Nous avons dormis sur la plage et le lendemain matin sommes allés à la rencontre du directeur du programme local bénévole qui vise la préservation des tortues de mer. Ils déplacent les nids des tortues dans un enclos protégé contre les prédateurs. Ça les protège également contre les locaux un peux zinzins qui écrasent les nids avec leur 4×4 sur la plage ou qui les déterrent tout bonnement pour manger les oeufs. Le matin, lorsqu’un nid a éclos pendant la nuit, ils libèrent les bébés en s’assurant qu’ils atteignent tous la mer.

Bye bye!

Lorsqu’on nous sommes arrivés à l’enclos, nous avons bien vus qu’un nid avait éclos la nuit précédente mais hélas, les bébés tortues s’étaient faufilés dans une tout petit trou de la clôture. Heureusement, Geneviève, qui a des yeux d’aigle, a repérée deux petits bébés entremêlés et prisonniers d’un chiffon placé dans le trou de la clôture pour colmater la brèche. Ma chère Geneviève a patiemment et délicatement démêlé les fils pour libérer les tortues et les enfants on eu la chance des les remettre en liberté. Un moment fort mémorable.

Au revoir!

Finalement, c’était le temps de se pointer le nez à Puerto Vallarta. Bof. Une ville pleine d’Hotels et de touristes. La ville a certes un certain charme mais nous étions à ce point un peu fatigués et avions besoins de vacances (Oui je sais, je peux manger de la marde, c’est noté). Geneviève a eu l’excellente idée (c’est toujours elle qui a les bonnes idées) de se louer une chambre d’hôtel pour quelques jours. Pour 50$ par nuit, nous avons eu accès à une piscine, la plage, avions une cuisine complète, un salon, deux chambres séparées, une douche avec de l’eau illimitée (Hallelujiah!) et rien à faire à part notre lavage et regarder les enfants se baigner. Splendide.

À ce point nos batteries étaient pleinement chargées et nous étions prêts à partir explorer l’intérieur du Mexique qui est très riche en histoire et en culture. Ce sera justement le sujet de notre prochain article. À la prochaine!

À la prochaine!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s