De Ciudad de Mexico au Guatemala

Article par André

Clickez sur l’image pour voir une carte interactive de notre voyage

À force de voyager et d’explorer continuellement on vient à manquer de mots pour décrire notre expérience. Voilà pourquoi Geneviève et moi s’échangeons le flambeau régulièrement pour la tenue de ce blogue. Ça nous permet aussi d’entrer un peu dans la tête de l’autre et ça vous donne une perspective un peu différente du même voyage. C’est ainsi que je prends la relève de Geneviève afin de compléter notre récit de voyage au Mexique et tenter, à l’avenir, de bloguer en « live » (c’est à dire pas 4 semaines plus tard!).

Mmmm…. Hot pot!

Le ventre plein de hot pot mongolien, nos réserves d’énergie pleines, nous avons enfin quittés Ciudad de Mexico et avons mis le cap vers Puebla, une ville coloniale avec, on nous avait dit, beaucoup de charme. Je peux confirmer que la ville est splendide et regorge de bâtiments patrimoniaux ainsi que de petites plazas à explorer. Toutefois, pour la première fois depuis notre départ, il nous a été absolument impossible de se stationner. Après environ 3h à tourner en rond, les enfants en avaient ras-le-bol et nous idem (principalement des les entendre en avoir ras-le-bol). Alors, bon, tant pis. Après 5 jours à Mexico nous étions mûrs pour faire un peu de route de toute façon alors nous avons décidés de tracer la journée même jusqu’à Oaxaca.

Nous sommes arrivés tard et avons trouvés un petit stationnement urbain où le VR entrait de justesse par la porte de la cour intérieure (il devait bien y avoir 15cm de chaque côté). Notre hôte nous a rapidement offert un peu de Mezcal, puis nous avons explorés la vieille ville quelque peu. Que dire? Une autre ville coloniale magnifique. Un autre lieu grouillant de monde, de culture, de marchands, de restaurants.

Après avoir arpentés les vieilles rues et explorés les énormes et majestueuses églises, nous avions droit à une petite gâterie. C’est ainsi que nous nous sommes frayés un chemin jusqu’à l’un des nombreux marchés traditionnels locaux afin de manger la spécialité locale: un tlayuda. En fait, c’est comme un énorme hybride entre un tostada et une pizza. C’était délicieux. Puis, en marchant lentement vers le VR afin de se coucher, on l’a sentit: une odeur qu’on ne pouvait pas ignorer. Ni Geneviève ni moi ni les enfants ne savions ce que c’était.

Un Tlayuda

« Des pâtisseries fraîches? »

« Des churros? »

« Il y a de la cannelle! »

Finalement, en suivant notre nez nous avons trouvé un joli petit commerce local spécialisé en cacao indigène traditionnel. Que croyez-vous que nous avons fait? Bien sûr qu’on s’est permis de goûter! Le chocolat chaud traditionnel ici est composé, si j’ai bien compris, de cacao pur, de lait, de cannelle, et possiblement un peu de sucre. C’est tout.

Le lendemain nous avons optés pour un terrain de camping qui avait une bonne note sur iOverlander (L’application que nous utilisons pour nous aider à trouver des endroits pour se stationner). Nous y avons séjourné trois jours et deux nuits tellement l’endroit était reposant propre et bien aménagé. Il y avait un bbq au bois/charbon sur lequel j’ai fait le meilleur poulet BBQ de ma vie. Il y avait un four de pizza à bois dans lequel nous avons préparé une pizza 100% maison. Il y avait une belle piscine et des jeux pour divertir les enfants. Il y avait un mur d’enceinte en béton pour que les chiens ne s’échappent pas.

Et il y avait des gros camion pour que je les admire. Mon Clifford me manque. 😦

J’ai également profité du moment de répit pour réparer un coin du VR qui s’était délaminé et où les visses avaient rouillées. C’est maintenant comme neuf, grâce à quelques visses en acier inoxinable et de l’époxy à prise rapide.

With a little help from my friends

C’est à ce moment que la plage a commencée à nous manquer. Principalement parce qu’il ne faisait pas chaud. J’ai mentionné que nous avions été obligés de sortir souvent des cotons ouatés? (Y fais-tu frette? On es-tu ben dans un coton ouaté?)

Y fais-tu frette?

Voilà pourquoi notre prochaine destination fut Zipolite. Mais avant il fallait conduire sur des routes de m***e et croiser du traffic un peu débile. Débile comment? Bien… il y avait une remorque complètement hors dimensions avec un porte-à-faux monstrueux qui débordait partout tirée par une petite van surchargée avec une superstructure énorme. Il y avait des camions eux aussi surchargés avec des superstructures hors dimensions. Il y a un sprinter van qui a réussi à faire décoller toutes ses routes du sol sur une pente qui changeait d’angle trop rapidement. Et… il y avait la parade de schtroumpfs. Oui. Schtroumpfs.

Éventuellement on s’est rendu à Zipolite. Mais euh, bon… nous nous sommes stationnés sans le savoir sur une plage nudiste prisée par les gais. Mois qui espérait voir des nanas partout, j’ai plutôt eu droit à un spectacle matinal d’hommes en quarantaine faisant du jogging sur la plage nus comme des vers avec, en prime, la bande sonore de « Charriots of fire » qui jouait dans ma tête et l’impression étrange qu’ils couraient au ralenti.

Ce que j’entendais dans ma tête pendant que les nudistes faisaient leur jogging matinal.

Avec l’aide des garçons, nous avons construits qeulques petits chateaux de sable et avont fait la farniente sur la plage. Ah, et un restaurant local a présenté un beau petit spectacle de Rock’n’Roll live et nous avons optés de passer une soirée à boire de la bière, se prélasser dans des hamacs et écouter de bonnes vielles chansons rock.

Old school rock
C’est beau, non?

Néanmoins nous avons décidés de ne pas passer noël ici car il y avait énormément d’usage de drogues (et je ne parle pas de marijuana). Avant de partir nous nous sommes gâtés en nous offrant un tour de bateau pour aller voir des tortues en haute mer. Nous avons également eu la chance de voir plusieurs dauphins et quelque raies!

Des dauphins!

Au final, nous nous sommes arrêtés à Bahia San Agustin dans un petit camping opéré par des expatriés néerlandais. Nous avons eu un petit repas pot-luck (tout le monde prépare quelque-chose) et il y avait même de la dinde! J’ai vu un autre merveilleux camion (un Mercedes 911 4×4 avec différentiel barrable à l’arrière et au centre appartenant à une famille allemande). La plongée en apnée était spectaculaire et notre gopro sous marin nouvellement acheté, nous l’avons découvert, n’avait pas de carte mémoire incluse! Zut! Alors pas de photos sous l’eau. Mais vous pouvez nous croire que nous étions entourés régulièrement par d’immenses bancs de poissons colorés.

Après ce joli petit noël passé entre expatriés, nous avons continués un peu la route en longeant la côte. Notre prochain arrêt fut un petit restaurant isolé sur une baie isolée au bout d’une route déserte, sur le bord d’une plage reconnue pour la nidification des tortues marines. Peu après notre arrivée, un VUS s’est enlisé dans le sable. J’ai donc sortit ma pelle et les ai rapidement sortis de leur pétrin. Nous avons passé la soirée à jaser et discuter (en espagnol!) avec les gens du VUS. Le lendemain matin, très tôt, nous sommes allés voir sur la plage… mais n’avons trouvés que des tortues mortes et des meutes de chiens sauvages qui déterrent et mangent les oeufs. C’est triste que le Mexique ne protège pas mieux ses richesses naturelles.

Puis, nous avons repris la route, cette fois pour Salina Cruz. Il était important de faire le plein de victuailles et Loïc et moi en avons profité pour ENFIN aller voir le tout dernier Star Wars.

Notre dernier arrêt sur la côte avant de retourner dans les terres fut à Puerto Arista près d’un centre de conservation des tortues. Isaac et Loïc ont une fois de plus eu la chance de tenir puis relâcher des bébé tortues en mer. Geneviève, qui tenait à ajouter du piquant à notre séjour, nous a louée un petit VTT pour quelques heures et nous avons arpentés un bon 20-30 km de plage, en voyant tout plein d’animaux (morts): Tortues, dauphins, poissons, oiseaux. C’est incroyable! 😛

Nous remontions alors dans les terres afin de passer par San Cristobal et Palenque avant de se diriger vers Tikal, au Guatemala. Tout juste avant notre premier arrêt, nous avons fait un petit détour par un orphelinat afin de faire don du linge qui ne faisait plus aux enfants et en profiter pour sortir une piñata que nous avions remplis de bonbons. Le premier arrêt pour dormir est ensuite à Tuxtla Gutiérez pour aller trouver un endroit pour fêter le nouvel an ainsi que voir un très très gros Canyon. Il est gros. Mes photos ne rendent pas justice à sa… grosseur. Nous l’avons visité en VR an suivant une route qui le longe mais tout compte fait, il aurait été mieux de le remonter en bateau. C’est ce que nous ferons si jamais nous repassons par ici un jour!

Awaye… pogne la piñata!

Ensuite ce fut San Cristobal de Las Casas. Wow. Quel petit bijou caché au fin fond des montagnes. Que dire? C’est une ville coloniale superbe. Il y a de l’animation partout, les restaurants et bars locaux sont abordables et regorgent de spécialités locales. Je crois que le bon mot pour décrire cette ville serait « chill ». Comme dans « C’est donc bien chill ici ». Il y faisait très frisquet et un bon vin chaud aromatisé a su réchauffer ma chère conjointe. Les enfants, eux, furent régalés car chaque consommation venait avec des petits tapas gratuits. Tout le monde est heureux!

Tout juste à la sortie de San Cristobal se trouvait un grand parc naturel avec de jolie cavernes, une petite rivière tranquille et beaucoup de silence et quiétude la nuit. Nous y avons séjournés deux nuits avant d’aller explorer quelques ruines. Nous sommes retournés au préalable à San Cristobal faire le plein de gaz et de nourriture et afin de s’informer auprès de la police si la route jusqu’à Palenque était sécuritaire. Il faut savoir que les Chiapas, la région où nous étions, connaît certains troubles sociaux et des groupes indigènes séparatistes bloquent régulièrement les routes. Un gentil policier nous a informé que puisque nous étions dimanche il n’y aurait pas de barrages, mais il a tout de même pris le temps de confirmer avec ses patrons pour s’en assurer. Apparemment la révolution respecte le jour du sabbat.

Les routes dans les Chiapas sont ardues et difficiles. Premièrement c’est dans les montagnes et les pentes sont abruptes. Ensuite les locaux construisent des topes (dos d’ânes) mal fichus, mal conçus et placés à des endroits dangereux et sans signalisation de sorte qu’on s’arrête à tous les 400m.

Les ruines de Toninà étaient tout juste à la sortie de la zone trouble et après de nombreuses heures de route difficile nous avons passés la nuit près de la zone archéologique afin d’aller explorer la cité perdue le lendemain matin. On ne s’attendait pas à grand chose puisque notre véritable destination était Palenque. Toninà n’étant en fait qu’une manière de découper la longue route en étapes gérables (et fatiguer les garçons pour qu’ils dorment pendant qu’on conduisait). Eh bien nous sommes tous d’accord pour dire que ces ruines furent appréciés par toute la famille (normalement les garçons se mettent à chiâler après une heure de marche). Ici, les garçons se sont amusés à explorer un labyrinthe sous-terrain, nous avons escaladé des marches dans des tunnels pour monter jusqu’au sommet de l’acropole et nous avons même trouvé ce qui semblait être les restant d’un système de drainage de toilette (fascinant!). Nous avons même rencontré de nouveau la famille avec le beau Mercedes 911.

Danse rituelle à Toninà

Puis un petit arrêt aux chutes de Tumbalà, où malheureusement il y avait des vendeurs partout. Les chutes étaient bien mais l’ambiance était totalement ruinée par les 55 vendeurs de gugusses chinoises identiques suivi des 105 vendeurs de tacos, suivi de… etc.

Puis enfin, Palenque à la troisième journée. Enfin! On a dormi la première nuit dans un stationnement en ville car il pleuvait à notre arrivée. Nous avons recroisé la famille avec le beau Mercedes 911, vu un beau Steyr 12m18 et rencontrés un couple français en camping car qui ont fait toute l’asie, l’amérique du sud et centrale. Le lendemain très tôt nous nous sommes rendus aux ruines de Palenque. Il y avait des vesitiges incroyablement bien conservés, notament d’un palais royal et… plusieurs toilettes avec un système de drainage qui était fonctionnel à l’époque. Geneviève s’est toutefois plainte de douleurs aux genoux. En effet, il est dommage que les civilization mésoaméricaines n’aient jamais découvertes les proportions adéquates pour des marches (elles ont souvent plus de 50 cm de hauteur). C’est à ce moment que Geneviève a trouvée un hotel peu dispendieux et nous avons décidés de prendre une journée de repos à se reposer à l’air climatisé.

Pendant que nous nous prélassions et qu’un paon attaquait le parechoc avant de notre VR, nous avons reçu un message de Camille et Thomas et leurs deux enfants Jules et Manon, la famille avec qui nous avions voyagé de San Diego jusqu’à La Paz en Baja California. Les enfants furent ravis de retrouver leurs amis et furent très déçus quand le temps de se séparer vint.

Nous avons fait une bonne partie de la route jusqu’à la frontière du Guatemala puis nous sommes arrêtés à la dernière ville avant la frontière: Tenosique de Pino Suàrez. On nous avait recommandé de passer la frontière à la première heure afin de ne pas devoir conduire la nuit rendu de l’autre côté. Alors nous nous sommes levés très tôt, avons mangés un petit déjeuner rapide puis hop! Direction Guatemala. À quelque kilomètre de la frontière, après 22 000 km de route, une branche basse a finalement arrachée mon couvert de ventilation de réfrigérateur sur mon toît. Ouf…

Mon pauvre couvert de ventilation de réfrigérateur!

Hormis celà traverser la frontière se fut sans tracas (contrairement à l’entrée au Mexique). Et voilà, nous étions rendus au Guatemala et nous dirigions vers Tikal, qui fut utilisé entre autre, par George Lucas pour représenter la base des rebelles dans Star Wars Episode IV : A New Hope. Bon… peut-être que Tikal est également célèbre parce que c’est un site splendide en pleine jungle tropicale. Mais ça, c’est pour un autre article.

2 réflexions sur “De Ciudad de Mexico au Guatemala

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s