Guatemala terre de volcans

C´est 1 1/2 mois que nous avons passés dans ce pays de montagnes. J’avoue que c’est beaucoup considérant que le Québec est plus grand que toute l’Amérique centrale. Par contre, ça laisse le temps de se faire une belle impression du pays.

Ici on conduit 30 km en 2:00, de quoi se laisser le temps d’admirer le paysage. La quantité de volcans ici est phénoménale! Pour notre part, avec notre cardio de mangeurs de tacos, 2 enfants et des petites saucisses avec des pattes de 1 pouce de haut, nous n’avons pas affronté les plus grands mais nous nous en sommes quand même donné plein les yeux.

Le pacaya: 2500 mètres mais comme une partie se fait en voiture, l’ascension prend environ 1:30. Pendant ce temps, les enfants à dos de cheval nous font des grimaces en me regardant haleter comme un chien. Belle récompense: la vue d’en haut sur une perpétuelle coulée de lave est remarquable. On peut même faire griller des guimauves sur un cratère voisin et entendre la lave bouillonner. En redescendant, nous verrons au loin le célèbre volcan del fuego exploser à toutes les 10 minutes, il faudra voir de plus près.

Nous avons appris à nos dépens que notre téléphone ne fonctionne pas super bien en basse lumière.

Pour avoir la meilleure vue sur le volcan del fuego, il faut entreprendre de monter le volcan voisin en 5:00 (acatenango) et y passer la nuit (nah! pas pour nous). C’est ainsi que Google maps, waze et moi avons entrepris d’envoyer André conduire sur des routes périlleuses jusqu’au point le plus près possible du volcan. Ce jour là, il était fâché contre moi (commentaire d’André: pas mal oui!). Par contre, le fait de sortir des sentiers battus nous a permis de rencontrer le 2e Guatemala ( j’y reviendrai). Nous avons donc passé la nuit au petit village d’Acatenango, accueillis très chaleureusement par la police locale, un groupe de cyclistes et les pompiers. Nous étions si près que nous pouvions entendre les explosions du volcan et les coulées de laves furent spectaculaires!

Boooom!
Les policiers très accueillants d’Acatenango

Voici quelques autres volcans en prime

Volcan del agua (antigua)
Volcan Toliman, San Pedro et Atitlan (Lago de Atitlan)
Volcan Santa Maria (vu du parc Xutulul)

De ce que j’ai pu voir, il y a 2 catégories de gens ici: ceux des grandes villes et ceux de petits villages nichés dans les montagnes. Un univers les séparent.

Dans les grandes villes on vit comme aux États-Unis. Burger King, Walmart et poulet frit, beaucoup de poulet frit. Il y a des magasins de linge usagé des US à tous les coins de rue et la voiture règne en maître. Bref ce n’est pas de ce Guatemala dont je veux vous parler. Fait cocasse, il y a des auto-hôtel partout! Voici comment ça marche: tu entres dans un garage avec ta voiture et au dessus il y a une chambre qui se paye à l’heure.

Partout des affiches de poulet frit.
Secret love. 😉

Je n’ai vue qu’une partie du 2e Guatemala parce que la majorité des petits villages ne s’accèdent que par de petits sentiers loin des routes. Dans ces nombreux, très nombreux villages, on vit de moins. Pas d’auto, pas de cellulaire et pas de centres d’achat mais le Coca Cola s’y est quand même faufilé un chemin. On tisse son propre linge, cultive sa terre et on élève ses poulets. Les enfants aident à la besogne et ne vont pas à l’école. Beaucoup de ces femmes marchent plusieurs heures avec des paniers sur la tête pour tenter de vendre quelques fruits, légumes ou vêtements en ville. J’admire la force de ces femmes revenants le dos chargé de bois pour faire chauffer le souper pour leur grande famille. Ici on pratique une religion plus près de la terre, on fait des offrandes, des sacrifices et on se baigne dans les eaux sacrées. C’est ainsi que les dimanches, les familles se rassemblent aux sources thermales pour se laver (elles deviennent un vrai bain de mousse mais comme les gens sont nus, il n’y aura pas de photos ici).

J’ai peu de choses à dire sur les grandes villes. Guatemala Ciudad, Antigua, flores, Panajachel, Quetzaltenango ressemblent beaucoup à ce qu’on connaît à l’exception des chickens bus et tuk-tuks qui se font la guerre du Klaxon dans des nuages de fumée de tuyaux d’échappement. C’est quand même toute une expérience d’attendre sur le coin de la rue un bus. Ils passent avec un homme la tête sortie de la porte qui crie la destination. Alors tu lui fais signe et pour généralement 1-2 quetzals (20-40 cents) tu embarques, il prend ton gros sac et va l’attacher sur le toit pendant que l’autobus lui est déjà repartis.

Il faut être rapide pour trouver le bon bus.
Ils ont de la gueule les autobus.
Cet autobus est déjà en mouvement!

Les tuk-tuks c’est une autre affaire, on dirait un concours de beauté, les gars adorent.

Nous aurions dû faire ceci avec clifford.

Il y a peu de ruines à visiter ici comparé au Mexique mais Tikal vaut absolument le detour. Le site de 16km2 est l’un des plus grandS de la culture précolombienne et a été enfoui dans une jungle luxuriante. On s’y promène des heures en regardant les bâtiments semi-déterrés et en admirant les singes, les perroquets et les coatis. (Commentaire d’André: c’est ici qu’ils ont filmés des scènes de Yavin IV dans Star Wars!)

Star Wars
Tikal
Isaac à Tikal

Les marchés se succèdent dans les villages. On y vend les fruits et légumes locaux, de la viande et les vêtements des tisseuses. Après une journée de marché on reste avec cette rengaine dans la tête: « A cinco, ¡a cinco quetzales! ¡Adelante, adelante! ( À 5 quetzals, entrez)

Nous découvrirons aussi 3 superbes parcs. Xocomil (aquatique), xetulul (thématique) et dino Park pour trois jours de pur divertissement.

Voici quelques autres photos en prime

1 mètre de viande pour la Saint-Valentin
Le jour où on est morts avalés par un t-rex (André pendant ce temps nous prenait en photo)
Un spa alimenté par des sources thermales. y fa chaud!
Paradis
Un chien au paradis
Nos pêcheurs d’écrevisses
La fameuse soupe
Des petits monstres
Journée d’enseignement sur le cheap labor. Trois heures de désherbage pour un propriétaire américain en échange d’un sac comprenant 2 carottes, 3 tomates, 3 bananes et de la laitue. Coût local (8 Quetzals-1.2$)